Divergente … divergente du roman oui !

C’est un bon film à condition de ne pas s’attendre à un chef d’œuvre et de ne pas avoir lu le livre. Ouai bon … si je vous dis ça vous vous dites que ce film est nul … Je me dois le défendre parce que … pas vraiment … on peut pas dire ça … c’est juste qu’on se demande pourquoi ils appellent ça l’adaptation du roman de Veronica Roth alors qu’ils changent tant d’éléments …

Je sais, je sais une adaptation ne suit pas à la page près le livre, mais de la à changer carrément la fin … pour un résultat sans queue ni tête en plus c’est rageant !

Date de sortie : avril 2014

Réalisateurs : Neil Bruger

Avec : Shailene Woodley, Theo James, Kate Winslet

Synopsis :

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.


Mon avis :

J’avais bien aimé le livre. Serte c’est de la dystrophie archi-classique, fin du monde, une guerre ravage la société, nouveau gouvernement mis en place blabla. Mais pour une fois pas de totalitarisme à faire mourir d’envie Dodolphe, une société avec ses défauts mais une idéologie moins catastrophique. En revanche ce qui m’amusera toujours c’est l’absence de technologie. Je veux dire par là que les érudits de notre roman/film sont capables de vous injecter des sérums qui agissent sur le cerveau, utilisent des ordinateurs comme tout le monde mais personne n’a la bonne idée de se servir de téléphones portables. Faut dire que c’est surement plus amusant pour les scénaristes de limiter les communications. Plus difficile de prévenir ses potes par texto qu’un méchant leur cours après. Moins de suspense !

Revenons en au film. Si vous avez lu le livre y a de forte chance que vous soyez déçu. Pourquoi ? Parce que c’est comme si un de vos amis vous invitez à faire un gâteau au chocolat (imaginez !). Donc vous êtes là, dans sa cuisine. Vous vous connaissez la recette et votre ami vous certifie que lui aussi. OK, COOL ! Alors dans un premier temps votre ami commence plutôt bien, il rassemble devant vous tous les ingrédients pour faire un gâteau, farine, œuf, plats, chocolats etc … (ne me demandez pas une recette …).

Viens ensuite le cœur de la préparation. Premier léger souci. Votre ami prend bien tous les ingrédients mais ne les mets pas dans le même ordre que vous. Bon … ok, pourquoi pas ? Après tous, les recettes sont personnelles, le gâteau semble avoir le même gout, la même odeur, du moment que le tout se tient vous vous dites ok.

Puis vient le final … la cuisson. Traditionnellement vous vous attendez à ce que votre ami le mette au four. Quoi de plus logique. Sauf que … votre ami a SA version. Au lieu de le mettre au four il va le mettre … sur le barbecue ! (J’ai pas trouvé mieux …).

2h plus tard le gâteau est cuit. Alors oui … c’est un gâteau au chocolat. Pourtant ce n’est pas le même que celui auquel vous vous attendiez.

Vous l’aurez compris, vous traduisez gâteau par film, ami par réalisateur célèbre, farine, œufs, chocolats, par acteurs et gros budget, pour four et barbecue c’est plus complexe mais comprenez par là les derniers chapitres. Le fond de l’histoire est bien respecté, la bande son est géniale, les décors magnifiques sont bien représentatifs de l’univers du roman. De même, pas de changement par rapport aux 5 factions … c’est cool parce que c’est ce que j’apprécie le plus dans cette histoire, une dytopsie ou la société n’est pas divisée par la richesse mais cantonné par rapport aux aptitudes, au caractère de chacun.

Cependant, ça donne un film qui – pour moi – est a là fois trop proche et en même temps trop loin du livre pour que je l’apprécie à 100%. On garde la trame, les personnages mais on invente des nouvelles scènes, de nouveau dialogue … non. C’est rageant.

Bon et puis les acteurs… Theo James qui joue Quatre, bien qu’il fasse trop vieux pour avoir 18 ans, (ça à la limite … tant mieux !) tire pas mal son épingle du jeu. Il est pas hyper charismatique, mais il a un coté mannequin muet torturé qui colle pas mal au personnage.

Les personnages secondaires, comme les parents sont plutôt convaincants (pas difficile ils sont pas la souvent non plus). Petit bémol personnel pour le frère Caleb, qui est censé être un érudit, un génie … à part sa tête de premier de la classe, malheureusement pour lui le scénario et ses répliques le présente pas comme l’Einstein du siècle.

Voir Kate Winslet dans le rôle de la méchante a été une bonne surprise en revanche, mais cela ne suffira pas à sauver le film.

Pour ce qui est de notre héroïne… Je sais que Shailene Woodley est une « star montante » mais moi j’accroche pas ! Déjà qu’ils ont retiré les ¾ des scènes ou elle se faisait casser la gueule, celle où elle part d’un rire hystérique quand les situations ne s’y prêtent pas, celle ou n’est pas compatissante, voire puérile, sarcastique, féroce … c’est quand même dommage, c’était pour moi tout l’attrait, l’originalité du livre ! Enfin une héroïne pour qui la compassion n’était pas toujours au rendez vous, une héroïne pleine de soif de liberté, de rage, avec le gout de la compétition !! Humaine quoi ! Même si dans le livre elle éprouve des remords d’être ainsi, elle ne ressemble pas à la Tris du film qui semble être … constipé. Je trouve que Shailene donne au personnage l’image d’une petite fille qui prend son courage à deux mains en permanence, elle a l’air de souffrir et on ne voit pas pour autant l’évolution du personnage qui s’affirme au fil des pages, qui prend confiance en elle.

Le film a souvent été comparé à Hunger Games. Je persiste à penser que Jennifer Lawrence montre bien mieux la force de caractère de Katniss.

C’est dommage. D’un autre côté je l’ai montré à des personnes qui n’ont pas lu le livre et l’ont apprécié. Peut être aurais-je eus un avis différent si je n’avais pas lu ce livre. Mais pour ma part je vous recommanderai plutôt les romans.

La Sélection (Tome 1, 2 & 3), de Kiera Cass

Résumés :

La sélection (Tome 1)

35 Candidates 1 Couronne La compétition de leur vieTrois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne. Elles sont trente-cinq jeunes filles : la  » Sélection  » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’oeil des caméras… Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées.

L’Elite (Tome 2) :

Elles étaient 35 candidates, elles ne sont plus que 6 .Trois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne. La Sélection de trente-cinqt candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de six prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illeá, alors que deux factions de rebelles veulent faire tomber la monarchie. Pour America Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l’amour qu’elle éprouve depuis l’enfance pour Aspen, garde royal qu’elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales… Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie…Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées.

L’Elue (Tome 3) :

Une seule candidate sera couronnéeTrois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne. La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles. Déchirées entre amitié et rivalité, les quatre candidates encore en lice resteront liées par les épreuves qu’elles ont dû surmonter ensemble. Entre les intrigues amoureuses et celles de la cour, c’est une lutte de tous les instants pour demeurer fidèles à leurs idéaux. America n’aurait jamais pensé être si près de la couronne, ni du coeur du Prince Maxon. À quelques jours du terme de la compétition, tandis que l’insurrection fait rage aux portes du Palais, l’heure du choix a sonné. Car il ne doit en rester qu’une…L’ultime volet de la trilogie best-seller international


Mon avis :

J’ai adoré le premier, moins aimé le deuxième et encore moins le troisième.

Dans le Tome 1 on se dit « oh c’est cool, un nouveau monde » et hop on se laisse emporter dans cet univers de concours de beauté … mais petit à petit on commence à se lasser, l’intrigue n’avance pas assez vite, pas assez de rebondissement, pas assez de fond …

Plantons le décor :

Primo, ici nous avons affaire à un mixte entre miss France cumulé à Greg le millionnaire, avec un soupçon de qui veut épouser mon fils sur fond de monarchie anglaise … – Soit-  L’héroïne va se retrouver contre son gré (sinon c’est pas drôle) dans un concours qui a pour but d’élire une épouse au nigaud de prince (futur dirigeant du pays le nigaud).  Bon OK, pourquoi pas ?!

Secundo, parce-que-ça-fait-toujours-bien-et-quil-faut-bien-des-mechants-et-des-gentils –> ajoutez à cela une bonne couche de misère social, une bonne dictature avec un très méchant tyran tyrannique, un régime de caste pas très original mais bien diabolique, un gentil prince, un premier amour qui vient turlupiner les pensés de notre narratrice, des sauvages méchants, des sauvages gentils, une héroïne qui devient symbole de révolution (ça commence à vous rappelez quelque chose ? Moi aussi …). A ce stade vous avez en gros toute la base de l’histoire.

Maintenant les personnages, l’héroïne America (pour le coup j’adore son prénom !) a un peu de caractère et pas mal de répondant ! Heureusement car sans ses répliques je ne serais surement pas arrivé au bout de ces trois tomes. Le prince c’est un peu candide au pays des cruches, mais bon, dans le fond il est gentil et en fait pas exprès alors on lui pardonne … Aspen – le premier amour vite oublié – n’apporte rien de très intéressant, il est juste prétexte au triangle amoureux classique … Pour ce qui est des personnages secondaires ils n’apportent rien à l’intrigue, seul Céleste devient intéressante vers la fin du troisième tome … Mais son rôle de garce classique dans les deux premiers n’a rien de rafraichissant …

Bon je constate que ma critique est assez négative pour le moment … Le truc c’est que cette série n’apporte rien de nouveau au genre. L’auteure a repris les codes des dystopies, les a arrangé à sa sauce (et encore) et y a ajouté un concours de beauté. Du coup on perd tout le côté intéressant de la société en crise, au bord d’une révolte, parce que l’intrigue est essentiellement tourné sur la petite vie du palais.

Malgré tout, je me suis surprise à rire des répliques de l’héroïne, et j’ai achevé les trois tomes ! Je ne peux donc pas dire que c’est une mauvaise saga … Le style est fluide, facile à lire … Idéal pour tuer quelques heures d’ennuies.