The book blogger tag !

Hello everybody ! (Oui je préfère partir du principe que des gens me lisent c’est moins déprimant !) Petite trouvaille chez encoreunchapitre, le book blogger. Je me lance donc 🙂 

I. Le top 3 des choses qui t’exaspèrent concernant les livres :

  • Les couvertures qui sont ratées ou pas adaptées.
  • Les 4e de couv’ qui en disent trop ou pas assez.
  • Quand mes personnages préférés meurent. J’aime trop les Happy ends – Sorry.

II. Décris l’endroit parfait pour lire :

Pour le coup j’hésite !

Train/métro ?

Dans le bain … très sympa mais risqué !

Le lit … Classique serte, mais quand même indétrônable.

III. Trois confessions livresques :

  • Black Beauty a longtemps était mon livre préféré … après j’ai appris à lire … – nan je déconne !! C’est toujours un de mes livres préférés !
  • J’ai lu tous les Boule et Bill.
  • J’ai jamais lu Harry Potter.

#Viedemerde

IVLa dernière fois que tu as pleuré en lisant un livre :

Le pianiste … je ne sais pas si je dois bénir ou maudire ma prof de 3e pour nous l’avoir fais lire … Le livre le plus triste que j’ai jamais lu ! Mais c’est aussi le plus beau et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il fasse réfléchir. Mais attention aux âmes sensibles …

PS : le film vous épargnera pas non plus !

V. Combien de livres sur ta table de chevet ?

Actuellement deux : un format papier et un ebook.

VI. Ton en-cas favoris pendant que tu lis :

Un bon thé (so british …), accompagné de petits gateaux, brownies, crêpes … suivant ce qu’il y a dans le placard !

VII. Trois livres que tu recommenderais à tout le monde :

  • Les dix petits nègres 
  • Orgueil et préjugé
  • Le journal d’Anne Franck 

VIII. Que signifient les livres pour toi, en trois mots ?

Découverte, Détente, Evasion. 

IX. Ton plus gros secret concernant la lecture :

 La je vois pas trop …  que j’ai détesté les Hauts de Hurlevent peut être ? 

X. Une image de ton étagère préférée dans ta bibliothèque :

Aperçu de ma mini bibliothèque dans ma chambre étudiante. Je vous épargne la vue de la biblio familiale avec TOUS les Agatha Christie, Elizabeth George, P.D. James et j’en passe …

Je viens de claquer 18€50 …

Bon ok ça valait  le coup ! Mais je suis pas certaine que mon banquier adhère à ma fanaïtude et que de surcroit il excuse les raisons de mon découvert..
J’avais dans un premier temps pris la résolution ferme et résolue, que NON je n’achèterai pas ce livre. Pourtant j’adore le style de Titiou, je suis son blog assidûment, ses papiers sur slate j’ai même regardé des interviews sur youtube ! Ca vous donne une idée de ma névrose admirative.

Malgré tout, j’avais décidé de ne pas céder et d’attendre un format de poche. Pourquoi ? 18€50 !  ! Pour une jeune auteure ? Une jeune blogueuse anciennement pauvre ? Alors je sais que derrière ce prix il y a la maison d’édition, les imprimeurs etc mais quand même !

Mais … (- y a toujours un mais), surement parce qu’elle n’a pas publié de nouvel article sur son blog depuis le 28 avril (!!) ce qui me plonge dans un état de  manque …  que j’ai oublié mon chargeur d’ordinateur … que j’ai cassé l’antenne de ma télé … qu’il y avait écrit en gros SOLDES sur les portes de la fnac (bien sûr ils ont oublié de solder les nouvelles parutions) … J’ai fini par céder …


Résumé :

Comment survivre à une rupture amoureuse ? Comment s’insérer dans une société qui, clairement, n’attend pas les bras ouverts un bac + 5 de sémiologie ? En adoptant une technique de survie simple : la débrouille. Avec un journal de bord hilarant, Titiou Lecoq livre la cruelle réalité de toute une génération, pour qui la vie moderne est jalonnée d’obstacles, dont le premier consiste à sortir de son lit le matin. Se dessine le quotidien d’une jeune femme d’aujourd’hui, qui passe sa vie entre les boulots, les cartons, ses amis précieux et les histoires foireuses. Incapable de survivre sans télé ni ordi. À la recherche du « connard merveilleux », elle teste plusieurs formules (dont un Partenaire Chocapic avec qui partager ses petits-déjeuners). Car elle doit aussi faire face aux nouveaux rapports hommes/femmes : on discute, on boit, on baise. Le lendemain, on se réveille et on réfléchit. Voici la trajectoire décapante d’une trentenaire, depuis le départ de son premier amour jusqu’à la découverte de la vie avec Têtard, son fils. Titiou Lecoq raconte le quotidien de toute une génération. Caustique, drôle, elle décrypte une époque où on ne badine pas avec l’amour. Ni le porno.


Mon avis :

J’ai dévoré le livre dans la soirée !

Pourtant c’est pas le genre de lecture qui rend accroc. J’entends par là ces séries qui vous obsèdent, vous empêchent de dormir, de manger, de parler, de sortir et quand – parce que vraiment vous êtes au bord de l’épuisement …  – vous vous endormez … et de quoi vous rêvez ? De la suite de l’histoire pardi ! (Oui j’ai un faible pour les expressions préhistoriques).

Bref, nan ici, il y a pas d’intrigue.  D’ailleurs Lecoq prétend pas qu’il y en est une. Il n’y pas de mystère, d’événement tournant, pas de suspense … juste une succession de galères, de théories en tous genre, de constats, le fil conducteur du temps … la vie quoi ! Et faut dire que Titiou Lecoq n’a pas son pareil pour décrire la merde et les absurdités de notre société. Et puis c’est cool de constater qu’on est pas la seule à avoir des névroses irrationnelles, d’une certaine façon c’est rassurant… enfin je crois ?! 

C’est drôle, le style est génial, bourré de métaphore et de comparaison à la con, finement trouvées, de jeux de mots inégalables, bref, on passe un moment génial.

Un bon moment détente et intelligent !