tonight movie : Babysitting

Date de sortie : 16 avril 2014

Réalisé par : Philipe Lacheau, Nicolas Benanou

Avec : Philipe Lacheau, Alice David, Vincent Desagnat, Gérard Jugnot …

Synopsis :

Faute de baby-sitter pour le week-end, Marc Schaudel confie son fils Remy à Franck, son employé, « un type sérieux » selon lui. Sauf que Franck a 30 ans ce soir et que Rémy est un sale gosse capricieux. Au petit matin, Marc et sa femme Claire sont réveillés par un appel de la police. Rémy et Franck ont disparu ! Au milieu de leur maison saccagée, la police a retrouvé une caméra. Marc et Claire découvrent hallucinés les images tournées pendant la soirée.


Mon avis :

Je ne suis pas fan des  Very bad trip, ou encore de Projet X, alors quand tout le monde a parlé de ce film comme un mélange de Very bad trip et projet X à la française … Déjà que de base un remake d’un film américain par des français ça équivaut a un synonyme de AU SECOURS, Mayday mayday = tous aux abris navet en vue !

Mais … parce que ma vie est composée de mais … et ce blog encore plus … parce qu’il y a TOUJOURS un MAIS… je l’ai regardé … un soir d’ennui je me suis dit allé je regarde les premières 10 minutes … Les premières 10 minutes sont passées … et j’ai continué !

Alors non ce n’est pas un Very Bad trip français, parce que finalement la fête avec alcool, drogue, carnage et j’en passe c’est franchement du second plan. D’ailleurs nos personnages ne sont mêmes pas dans les lieus la moitié du film et quand ils y sont, ils essaient de limiter les dégâts !

Finalement c’est plus une histoire d’amitié , d’amour aussi (bah oui !), des relations parents /enfants. Les « gags » sont bons voir certains excellents, les acteurs tiennent la route, on ressent vraiment que c’est un film réalisé entre potes. En plus le scénario à une certaine originalité qui fait du bien, enfin un film qui ne ressemble pas a rencontre/seduction/bonheur/problème/malheur/reconstruction perso/retrouvaille/rebonheur OU plus simple bonheur/problème/resolution/bonheur !

Je trouve que ce film, son humour, ressemble vraiment à la génération actuelle des 20/30 ans !


 Ma note : 

☆☆☆☆

3,9 pour allociné.

Entretien avec un vampire, à gouter avant le remake annoncé !

Voilà une éternité que je voulais regarder ce film, mais l’idée de voir un Brad Pitt blafard suceur de sang m’a longtemps refroidi…

Je n’ai pas lu le roman … Peut être le ferais je un jour mais comme les critiques sont unanimes pour dire que le film est une parfaite adaptation du livre, étant donné qu’ Anne Rice a écrit le scénario elle même, j’attendrai surement quelque temps. Le temps de laisser mon cerveau oublier certains détails.


Entretien avec un vampire


  Date de sortie : Décembre 1994

Réalisateur : Neil Jordan

Avec : Brad Pitt, Tom Cruise, Antonio Banderas, Kristen Dunst …

Scénario de : Anne Rice (d’après son oeuvre du même titre)

Synopsis :

San Francisco dans les années 90. Un jeune journaliste, Malloy, s’entretient dans une chambre avec un homme élégant, à l’allure aristocratique et au visage blafard, Louis, qui lui fait de bien étranges confidences. Malloy, subjugué par la séduction de son interlocuteur lui demande, à l’aube, de le faire pénétrer dans son monde, celui des vampires.


Mon avis : 

En regardant vous devrait vous souvenir qu’il est sortie en 1994. Donc si à nous, pauvre humain du XXIe siècle abreuvé de gentil niais vampire à l’eau de rose, luttant contre leur nature d’humanivore, préférant se nourrir de nos animaux de compagnies, ici en 1994 c’est un scoop. En 1994 nos ancêtres ne connaissaient que Dracula, se nourrissant sans scrupules de nos sang si pur, perdu au fin fond de la Roumanie dans de vieux châteaux en ruine, ailophobe de nature ! Bienvenue aux vampires jeunes et sexy ! Donc quand la version javélisée de Brad Pitt (Louis) ne se nourrit que de rats et de chien-chien a mémère il passe pour un inventeur de génie !

L’atmosphère est sombre (rien de plus logique) mais illuminé par toute la beauté des décors, des costumes nous plongeant en plein XVII et XVIIIe siècles mondain. Les dialogues correspondent aux époques et aux personnages, la voix de Louis (Brad Pitt) est très posé, grave (bon doublage français d’ailleurs) qui ne fait qu’en rajouter à son charme. Déjà que ses yeux vert électriques sont captivants … So sexy !

Interrogations philosophiques autour de l’amour, l’amitié, l’éternité, la nostalgie ou encore la rancoeur et la vengeance sont au rendez vous. Pas de fioritures inutiles avec les mythes sur l’ail, les crucifies et j’en passe. Aucune scène de sexe (comme quoi elles sont bien dispensables pour faire un bon film). Les personnages sont absolument fascinant, envoutant. Louis empli de remords, luttant contre sa nature, Claudia (Kristen Dunst) l’enfant capricieuse emprisonnée dans un corps de petite fille. Kristen Dunst du haut de ses 10 ans à l’époque n’a rien à envier aux stars internationales à qui elle donne la réplique ! Lestat, l’insouciant possessif … Tom Cruise au sommet de son art, loin de ses rôles habituels de super héros mannequin.

Les non adeptes du genre, cynique à souhait, devraient apprécier les scènes semi gay, facile à prendre aux seconds degrés et franchement amusante.

Cependant, même si la vue de Tom Cruise blond (les sourcils aussi !!) est en soit assez terrifiant, les (trop) rares instants de suspense résident essentiellement par une bonne musique et l’arrivée brusque d’un personnage dans notre champ visuel. Malgré l’ambiance sombre ne vous attendez pas à des scènes d’action de ouf ni de super pouvoir !

En bref, un film a voir même pour les allergiques du genre, rien a voir avec les navets de nos dernières années.


Ma note :

☆☆☆☆

Idem pour allociné.


Pour infos, Universal aurait racheté les droits des livres d’Anne Rice pour en faire une série … Je ne sais pas si c’est une bonne ou mauvaise nouvelle, mais ce qui est certain c’est qu’il sera difficile aux futurs acteurs de ne pas faire pale figure après Brad Pitt et Tom Cruise ! (sans jeux de mots ^^)

Le liens de l’article ici.

Marathon baseball let’s go !

En bonne française je ne connaissais strictement rien au baseball. Vaguement entendu parlé comme le sois disant sport préféré de l’Amérique je voyais ça comme l’équivalent de notre foot national, un sport d’équipe que les bonshommes matte dans le canapé, la bière à la main le paquet de chips coincé entre les coussins, le prétexte idéal pour faire la fête to the night en cas de  (miraculeuse) victoire.

Cependant voila qu’un après midi de lourde chaleur je retrouve un vieux film romantique dans les tréfonds de mon disque dur : Pour l’amour du jeu sorti en 2000. Je regarde quelques images et oh que vois je ? Les beaux yeux de papy Costner ? Un tour sur allociné m’informe que ce film malgré son casting alléchant – mais malheureusement post gloire costernienne est donc peu connu mais tout de même bien noté. Le destin m’appelle ! Me voici donc embarqué dans une histoire d’amour entre une trentenaire new-yorkaise et un joueur de baseball sur la fin.

Voila comment je suis tombée amoureuse … pas de papy Costner non ça, je l’étais déjà (un jour je ferais un poste sur le cultissime Bodygard) mais du BASEBALL ! Parce que ce sport c’est … les ETATS UNIS ! C’est marrant d’ailleurs de voir qu’on est hyper alimenté en « American way of life » mais qu’ils ont gardé jalousement ce secret.

Trêve de bavardage, comme à chaque fois que je tombe sur quelque chose qui me plait j’ai regardé tout ce qui avait pu être tourné sur le sujet, voici quelques recommandations personnelles :


Pour l’amour du jeu 

Réalisé par : Sam Raimi

Avec : Kevin Costner, Kelly Preston

Date de sortie : Juin 2000

Synopsis :

Désemparé, angoissé, mais bien décidé à triompher, Billy Chapel aborde un tournant de sa vie privée et professionnelle. Lanceur vedette des Tigres de Détroit, il a été pendant vingt ans le pilier et l’âme de cette brillante équipe de base-ball où il a connu la gloire et les honneurs réservés réservés aux plus grands sportifs. Mais après avoir donné tout son temps et toute son énergie au sport, Billy se voit transféré par les propriétaires de son équipe – échangé comme une vulgaire marchandise – sans avoir son mot à dire. A cette cuisante humiliation s’ajoute un drame personnel encore plus imprévu et plus douloureux : Jane, sa compagne qu’il aime plus que tout au monde, s’apprête à le quitter.

Sous le regard de milliers de fans, venus assister à la rencontre historique des Tigres et des Yankees, Billy fait le bilan de sa vie et se prépare à un choix décisif.


 Mon avis :

Commençons donc par l’origine de ma nouvelle dépendance.

L’histoire d’amour n’a rien de très original mais reste « mignonnette ». En revanche les images de jeu sont très bien faite, on a qu’une envie c’est de visiter le Yankee Stadium !

Ce héros baseball étant lanceur et non batteur rend peut être le visuel moins spectaculaire. De plus, mieux savoir avant de visionner ce film (pour les non initiés) qu’une partie parfaite, c’est quand un lanceur réussi a éliminer tous les batteurs de l’équipe adverse (en gros aucun batteur ne réussi a frapper la balle). Cet exploit ne fut quasiment jamais réalisé dans toute l’histoire du baseball. Bon ici ce n’est que fiction mais ça fait quand même rêver !

Ma note :

☆☆☆


Next,

Une nouvelle chance

Date de sortie : Novembre 2012

Réalisé par : Robert Lorenz

Produit par (entre autre) : Clint Eastwood (!!)

Avec : Clint Eastwood, Amy Adams, Justin Timberlake

Synopsis :

Un découvreur de talents spécialisé dans le baseball voit sa vie basculer avec la perte progressive de sa vue. Il décide pourtant de faire un dernier voyage à Atlanta, accompagné de sa fille, à la recherche d’un talent prometteur.


Mon avis : 

Que ce soit pour le baseball ou non c’est un impératif de voir ce film !

Dire que les acteurs sont géniaux serait un euphémisme … L’accent est mit sur les relations père/fille, et l’amour du sport.

Les trois personnages principaux sont attachants. Clint tient le rôle d’un vieux bonhomme ronchon qui lui va à merveille, Amy Adams ajoute la touche glamour et le rôle de Justin Timberlake apporte une touche d’humour sympathique au film.

Film pour tout âge qui vous fera passer un très agréable moment.

Ma note :

☆☆☆☆


 Le Meilleur 

Date de sortie : septembre 1984

Réalisé par : Barry Levinson

Avec : Robert Redford, Robert Duvall, Glenn Close, Kim Basinger

Synopsis :

En 1918, le rêve de Roy Hobbs est de devenir un grand joueur de Base-Ball. Il y parvient six ans plus tard lorsque sa carrière s’interrompt brutalement quand une femme lui tire dessus. Il reprend la compétition de haut niveau quinze ans après et mène son équipe à la victoire. Victoire qui, semble-t-il, n’est pas au goût de tout le monde.


Mon avis :

Y a des films comme ça, ils ont 20 ans et pourtant il n’y parait rien …

Si le casting ne vous a pas déjà convaincu, l’histoire devrait venir à bout de vos incertitudes. Ici on a affaire à un vrai film de baseball, Robert Redford incarne un joueur charismatique qui rencontre quelques soucis bizarre avec les femmes mais bon fallait bien une intrigue. Malgré son âge il débarque et sauve son équipe. Classique, mais les images de matchs sont efficaces et l’interprétation de Redford est comme toujours impeccable !

Ma note :

☆☆☆


Un téléfilm :

61* 

Date de sortie (DVD) : septembre 2001

Réalisateur : Billy Crystal

Avec : Barry Pepper, Thomas Jane

Infos :

Ce film retrace la quête du record de coups de circuit (home run) de Babe Ruth sur une saison (60 en 1927) par deux autres joueurs des New York Yankees durant la saison de 1961 : Mickey Mantle et Roger Maris. Fan des Yankees, Billy Crystal (le réalisateur) fut témoin des évènements en tant que spectateur en tribune et connaissait personnellement Mickey Mantle durant les dernières années de sa vie. Il a soigné chaque détail afin de coller à la réalité. Ainsi, le scénario tente au maximum de coller à cette réalité.


Mon avis :

Ce n’est peut être « qu’un téléfilm » mais les acteurs, réalisateurs et scénaristes n’ont rien à envier aux grosses pointures du cinéma ! Ici on nous présente une version moins idyllique du baseball. Le film nous montre toute la pression, l’envers du décor pour les joueurs. Cependant on ne ressort pas du visionnage de ce film dégouté par ce sport car il montre aussi une belle histoire d’amitié entre deux joueurs que beaucoup de choses opposent, à la fois rivaux et partenaires. Pour les non initiés (comme moi) on en apprend aussi beaucoup sur Babe Ruth et autre légende de ce sport !

Vraiment à voir !

Ma note : 

☆☆☆☆


Moneyball

Date de sortie : novembre 2011

Réalisé par : Bennet Miler

Avec : Brad Pitt, Johan Hill

Synopsis :

Voici l’histoire vraie de Billy Beane, un ancien joueur de baseball prometteur qui, à défaut d’avoir réussi sur le terrain, décida de tenter sa chance en dirigeant une équipe comme personne ne l’avait fait auparavant…

Alors que la saison 2002 se profile, Billy Beane, le manager général des Oakland Athletics, est confronté à une situation difficile : sa petite équipe a encore perdu ses meilleurs joueurs, attirés par les grands clubs et leurs gros salaires. Bien décidé à gagner malgré tout, il cherche des solutions qui ne coûtent rien et auxquelles personne n’aurait pensé avant… Il va s’appuyer sur des théories statistiques et engager Peter Brand, un économiste amateur de chiffres issu de Yale. Ensemble, contre tous les principes, ils reconsidèrent la valeur de chaque joueur sur la base des statistiques et réunissent une brochette de laissés-pour-compte oubliés par l’establishment du baseball. Trop bizarres, trop vieux, blessés ou posant trop de problèmes, tous ces joueurs ont en commun des capacités sous-évaluées. Avec leurs méthodes et leur équipe de bras cassés, Beane et Brand s’attirent les moqueries et l’hostilité de la vieille garde, des médias et des fans, jusqu’à ce que les premiers résultats tombent… Sans le savoir, Beane est en train de révolutionner toute la pratique d’un des sports les plus populaires du monde.


Mon avis :

Tout comme le précédent, ici c’est tiré d’une histoire vraie ! De même ce film montre une vision moins avantageuse du baseball, pour autant même ingrédients : une équipe faible va réaliser l’exploit et à nouveau gagner. Le film est moins tourné vers les matchs et les joueurs, plus vers le coté management, « gros sous ».  Ce film plus moderne montre le baseball de nos jours.

Et l’image sur le stade des Red Sox … Youahou !

Ma note :

☆☆☆☆


Une équipe hors du commun

Date de sortie : novembre 1992

Réalisé par : Penny Marshall

Avec : Tom Hanks, Geena Davis, Madonna

Synopsis :

La seconde guerre mondiale déclarée, les joueurs professionels de Base-Ball partent au front. Afin de sauver les clubs et le sport, des propriétaires de clubs s’associent pour créer une ligue de base-ball féminine.


 Mon avis :

Un film féministe original, une petite plongée au coeur des Etats Unis pendant la seconde guerre mondial. Un super casting même si pour Tom Hanks c’est loin d’être son meilleurs rôle ! Pour Madonna en revanche on la reconnait à peine et a un rôle très sympathique !

Ma note :

☆☆☆



Voila les meilleurs films que j’ai eu l’occasion de voir.

Pour les fans de Kevin Costner ET de baseball, il y aussi Duo à trois (que personnellement j’ai pas aimé mais qui a de bonne critique)  et Jusqu’au bout du rêve (un peu loufoque mais se laisse regarder).

Peut être que je compléterai cette liste à l’occasion.

D’ailleurs si vous connaissez d’autres films sur ce sujet qui m’ont échappé n’hésitez pas à me les indiquer 🙂

Tonight movie : L’arme Fatale … parce qu’on est jamais trop vieux pour ces conneries !

Oui il est un peu tôt pour une édition du Tonight movie, mais la réalité c’est que j’ai commencé mon marathon Arme Fatale dans l’après midi. Il faut bien ça pour avoir le temps de revoir ces quatre bons (vieux) films. Un dimanche de flingues, cascades, courses poursuites au rythme endiablé sous le soleil de L.A., le tout avec une bonne touche d’humour et les beaux yeux bleus de Mel Gibson en prime !

Quatre films qu’on ne se lasse jamais de voir et de revoir.

Date de sortie du premier opus : aout 1987 (et oui déjà ^^)

Avec : Mel Gibson, Danny Glover

Réalisé par : Richard Donner

Synopsis du premier opus :

Deux policiers de Los Angeles, Martin Riggs (Mel Gibson) et Roger Murtaugh (Danny Glover), se retrouvent coéquipiers sur une même affaire. Les deux hommes, aux caractères franchement opposés, finissent par s’apprécier et doivent bientôt faire montre de toutes leurs qualités lorsque la fille de Murtaugh est enlevée par d’anciens agents des forces spéciales devenus trafiquants de drogue.


Si vous regardez un de ces quatre épisodes vous aurez l’occasion de voir :

– Mel en petite tenue (quand y a une tenue tout court … bon tout de même de plus en plus couvert avec l’âge !).

– Danny dans son bain ou sur les toilettes (je vends du rêve là).

– Une course poursuite sur l’autoroute (Mel adore courir derrière les voitures).

– Une chute libre, avec atterrissage plus ou moins maitrisé dans un gros matelas gonflable/une piscine/une poubelle.

– Une partie de la maison familiale Murtaugh  (si ce n’est pas toute la maison) détruite.

– Une course poursuite, cette fois avec les voitures. (Mel finira forcément accroché de manière précaire à l’avant ou à l’arrière d’un camion).

– un ou les membres de la famille Murtaugh menacés.

– un combat d’arts martiaux pendant lequel Riggs se prend une sacrée raclée mais en ressort presque indemne. (Parc’ qu’il est cro fort !).

Vous l’aurez compris, les quatre opus de la saga sont basés sur le même fonctionnement. Malgré tout on ne s’en lasse pas une seule seconde. A leur sortie les quatre volets font ont un franc succès et les nombreuses rediffusions ont toujours eu de bonnes audiences. Pourquoi ? Parce que c’est une excellente combinaison de gags et de cascades à répétition qui n’ont pas pris une ride malgré les années ! Le jeu des acteurs est formidable, on ressent tout de suite (surtout dans les 3 derniers) la réelle complicité de ces deux stars hollywoodienne. La Saga est considérée comme l’un des modèles des buddy movie (film de copain), un genre dans lequel un tandem que tout oppose doit faire équipe.

Un autre détail qui me fait d’autant plus apprécier ces films, ce sont les « méchants ». Un plein apogée US, avec la fin de la guerre froide, les méchants ne sont jamais pour une fois Russe ! Combien de film de flic ou d’action de ces années là nous réserve la sauce les américains ont trop la class’ et sont trop gentils mais ils doivent sauver l’humanité du terrible gros méchant russe à l’oeil de vers et l’accent chelou. Hein combien ?? T’en pense quoi James Bond ? !!!! *Je ne m’énerve pas j’explique quelque chose !!*

Donc non pour une fois, les méchants seront de vilains trafiquants de drogue, des blancs d’Afrique du sud en faveur de l’apartheid, des ripoux et pour finir des chinois … Les chinois vous semblent peut être classiques mais en 1998 (date du dernier épisode) c’est un des premiers films à les mentionner !

Je crois que mon préféré reste le 3e volet, et ce n’est surement pas un hasard avec l’arrivé de Rene Russo qui donne une petite touche de glamour au duo.


Ma note :

☆ ☆ ☆ ☆

La moyenne d’allociné est de 3,7 et quelque, perso j’arrondi à 4 !


Pour finir, je comparais la saga l’Arme Fatale à l’aussi célèbre Bad Boys comptant actuellement deux opus, mais dont le troisième est en préparation je crois. Bad Boys c’est la version black des années 95/2000 , humour, Los Angeles, flics déjantés.

Tonight movie : Fanfan avec Sophie Marceau et Vincent Perez

Si vous aimez les films complètement barrés doublé d’une jolie romance dont on ressort avec le sourire, pendant lesquels on ne cesse de se demander ou est ce qu’on a atterri, sans pour autant pouvoir en décrocher, ce film est pour vous !

Réalisé par : Alexandre Jardin

Avec : Sophie Marceau, Vincent Perez, Marine Delterne, Gérard Séty

Scénario : Alexandre Jardin d’après son roman du même titre.

Date de sortie : Juin 1993

Synopsis :

Alexandre, un jeune homme de 25 ans, s’apprête à épouser Laure, avec laquelle il a déjà l’impression de former un vieux couple. Il fait bientôt la connaissance de Fanfan et succombe aussitôt à son charme…


Mon avis :

Dans un premier temps, j’ai rien compris. Enchainement des scènes sans aucune introduction, les personnages apparaissent sans nous avoir étaient présentés, ni informé des liens qui les relient. N’ayant pas lu le livre le moins qu’on puisse dire c’est que j’étais pommé !

Mais les dialogues, le charme de Marceau et de Perez m’ont incité à passer le cap des 10 minutes fatidiques. Une fois passé le premier cap, je n’ai plus hésité !

Autant se le dire, la qualité de ce film ce sont ses acteurs. Sophie Marceau incarne une Fanfan fraiche et sexy et Vincent Perez … certaines ne l’aime pas mais perso je suis plutôt à ranger dans sa catégorie Fan club ! Ici il est jeune, il est beau, il est torturé … oui oui ça  me suffit !

De plus les décors sont vraiment sympas, les costumes pas forcément appropriés mais on s’en tape’ ! Les bottes de Fanfan … OMG … I WANT HER BOOTS ! Si quelqu’un me les trouve … je mange mon chapeau ! Et mon parapluie avec ! … *sors … très très loin*

Les premiers 3/4 d’heure nous emmène dans une romance, une séduction sournoise et amusante, quelque peu classique mais pleine de magie. Les romantiques indécrottables seront ravies ! Puis vient le noeud du problème. La peur d’Alex (joué par Vincent Pérez) l’empêche de vivre à fond cette relation. Pendant tout le dernier quart du film on s’attend au pire. Impossible de prédire comment cette romance va (mal/bien ??) se finir.

Je n’en dirai pas plus !


Ma Note :

☆ ☆ ☆

Oui, trois étoiles, pour ce jolie film, sans temps mort avec un très beau jeu d’acteur. Les allociéens lui décerne une note de 2,5, j’aurais donc tendance à rehausser !


Si je devais comparer ce film avec un autre ce serait celui ci, ↑ Jeux d’enfants avec Marion Cottilard et Guillaume Canet pour le coté jeu de séduction à risque.

Ce fim sera diffusé sur D17 à 20h50, Jeudi 31 Juillet 

Tonight movie : Out of Africa, avec Meryl Streep et Robert Redford

Re(re,re,re,re …re)vu il y a peu, je commence par un grand classique pour mon premier essai de critique ciné …


 

Date de sortie : mars 1986

Réalisé par : Sydney Pollack

Avec : Meryl Streep, Robert Redford

Ici la bande annonce


Synopsis 

une déception amoureuse, la jeune Danoise Karen décide de se marier et de s’embarquer pour l’Afrique. Vite délaissée par un mari volage, elle se consacre à la culture des caféiers et fait figure de pionnière. Son amitié pour l’aventurier Denys se transformera en amour mais elle ne saura pas retenir cet homme épris de liberté.


Mon avis :

Beau mais long. Et culte aussi ! On ne peut définitivement pas se proclamer cynophile romantique si on n’a jamais vu ce film. Même s’il a bientôt 30 ans et que les acteurs ont l’âge d’être nos grands parents !
Bon, il est long, oui. 2h30 quand même. Mais les paysages compensent largement. C’est simple, à la fin j’ai eu qu’une envie : prendre le premier billet d’avion direction le Kenya. Mais faut dire que j’ai toujours eu une passion pour l’Afrique. A cause du Roi lion de mon enfance peut être ? Mais j’adorais la petite sirène et j’ai jamais voulu vivre sous l’océan pour autant !

Et puis quel(le) romantique n’a pas rêvé d’une folle aventure avec un sexy aventurier à l’autre bout du monde ? Surtout quand il ressemble à Robert Redford … Robert Redford on prend le temps d’en parler deux secondes ? Le type s’appelle ROBERT, il est née avant la seconde guerre, il est blond limite roux, si on a le malheur de tombé sur une photo actuelle, on a plus envie de lui acheter de la colle à dentier que de l’embrasser et pourtant … Si j’avais moi aussi chassé la gazelle en pleine brousse avec lui, moi aussi je lui aurais sauté au cou ! Il est définitivement le Brad Pitt de nos Grands mères !


Ma note :

☆☆☆☆

Pas moins de quatre étoiles pour ce grand et beau classique.

Le film obtient par ailleurs 3,9 sur allociné.


Si je devais faire le rapprochement avec un autre film ce serait avec Sur la route de Madison, toujours avec Meryl Streep mais accompagné de Clint Eastwood cette fois ci.