Secrets et préjugés, de Anne Barton

En ce dimanche annoncé de glande lézardesque, j’ai donné sa chance a ce bouquin depuis longtemps délaissé dans ma PAL…

Résumé :

Londres, 1815

Couturière dans une boutique de mode de Bond Street, Annabelle accomplit son rêve. Là, au milieu des taffetas, des satins, des soies et des dentelles, elle crée des robes uniques pour les élégantes de la haute société. Mais le rêve s’arrête hélas chaque soir quand elle quitte son travail… Trop pauvre pour payer les soins dont sa mère malade a besoin, Annabelle a en effet cruellement besoin d’argent. A tel point qu’elle n’a pas trouvé d’autre solution (au prix d’un petit arrangement avec la morale) que de faire chanter de riches Londoniens, en utilisant les secrets inavouables et les potins sulfureux échangés à mi-voix par les clientes, dans l’intimité du salon d’essayage. De toute façon, pour sauver sa mère, Annabelle extorquerait des fonds à l’archevêque lui-même ! Jusqu’au jour où le séduisant duc de Huntford la démasque. Terrifiée, Annabelle l’écoute alors exiger d’elle qu’elle mette ses talents de couturière à son service, en confectionnant une garde-robe complète pour ses deux jeunes sœurs. Elle restera sa captive, chez lui, tant qu’elle n’aura pas terminé. A ce prix seulement, il acceptera de ne pas la dénoncer.

Mon avis :

Agréable surprise ! Anne Barton nous écrit un roman avec une vraie originalité, des personnages travaillés. Bon c’est de la romance pure … Alors si vous n’êtes pas amateur(/rice) de romance, passez votre chemin. Parce que ce n’est que ça ! Et 600 pages de romances … ça peut être long …
Contrairement à ce que laisse penser le titre, non, nous n’avons pas affaire à une pâle imitatrice de Jane Austen. D’ailleurs le style est différent, pas d’ironie, pas de critique de la société ou d’autres caractéristiques du style absteniez. Ensuite, ce que j’ai apprécié, c’est que l’histoire, l’intrigue (?) est inédite. L’héroïne connait la misère sans être mélodramatique pour autant, elle a du caractère, du répondant et fait face à la réalité des situations. De plus, derrière cette romance entre nos deux personnages principaux, – qui pour une fois, ne se meurt pas dans le suspense inutile, Anne Barton nenousprendpaspourdesidiots, on sait qu’ils vont finir ensemble et leur relation avance vite (MERCI !) … Donc ce qu’il y a « en plus » ce sont les personnages secondaires, avec leurs histoires à eux, j’avais un peu l’impression d’être dans une série TV, avec l’histoire principale et les histoires de leurs familles/entourage en fond. Good point ! J’ajouterai qu’un petit détail, surement insignifiants, m’a marqué et m’a d’autant plus fait apprécier cette histoire :
L’héroïne porte des lunettes. C’est peut être con mais c’est la première fois que je lis un roman avec une héroïne myope. Bien sur comme toutes les héroïnes elle est jolie mais elle a un « défaut » (si on en croit les stigmates de la société, aussi bien celle du XIX que du XXI…).En bref, je recommanderai ce livre aux romantiques éperdues adeptes de l’époque de la régence.